Je travaille, tu me notes

[et_pb_section fb_built= »1″ admin_label= »Section » _builder_version= »4.0.7″][et_pb_row admin_label= »Entête » _builder_version= »4.0.7″][et_pb_column type= »4_4″ _builder_version= »4.0.7″][et_pb_text admin_label= »Titre » _builder_version= »4.0.7″ text_font= »Libre Franklin|||||on||| » text_text_color= »#000000″ text_font_size= »58px » text_line_height= »1.8em » header_font= »Libre Franklin|||||on||| » header_text_align= »center » header_text_color= »#000000″ header_font_size= »59px » header_line_height= »1.8em » text_orientation= »center » text_font_size_tablet= » » text_font_size_phone= » » text_font_size_last_edited= »on|desktop » text_line_height_tablet= »1.3em » text_line_height_phone= »1em » text_line_height_last_edited= »on|phone »]

Je travaille, tu me notes

[/et_pb_text][et_pb_text admin_label= »Chapo » _builder_version= »4.0.7″ text_font= »Roboto|||||||| » text_text_color= »#000000″ text_font_size= »18px » text_letter_spacing= »1px » text_line_height= »1.8em » link_font= »Roboto|||||||| » link_text_color= »#006DA3″ link_font_size= »20px » link_letter_spacing= »2px » text_orientation= »justified » width= »82% » max_width= »82% » module_alignment= »center » custom_margin= »60px||||false|false » text_orientation_tablet= »center » text_orientation_phone= »center » text_orientation_last_edited= »on|tablet »]

Les livreurs à vélo aux couleurs d’UberEats et de Deliveroo ont envahi les rues des grandes villes et s’attaquent maintenant aux villes moyennes. Mais derrière la liberté supposée de ces auto-entrepreneurs se cache en réalité une note qui impacte leurs conditions de travail.

[/et_pb_text][et_pb_text admin_label= »Temps lecture » _builder_version= »4.0.7″ text_font= »Roboto|300||||||| » text_text_color= »#000000″ text_font_size= »17px » text_orientation= »center » custom_margin= »-15px||||false|false »]

Temps de lecture estimé : 6 minutes

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section][et_pb_section fb_built= »1″ fullwidth= »on » _builder_version= »4.0.7″][et_pb_fullwidth_image src= »https://notemoisitupeux.fr/wp-content/uploads/2019/12/Uber-1.jpg » _builder_version= »4.0.7″ filter_blur_last_edited= »off|tablet »][/et_pb_fullwidth_image][/et_pb_section][et_pb_section fb_built= »1″ _builder_version= »4.0.7″][et_pb_row column_structure= »1_5,3_5,1_5″ _builder_version= »4.0.7″][et_pb_column type= »1_5″ _builder_version= »4.0.7″][et_pb_text admin_label= »Crédit photo » _builder_version= »4.0.7″ text_font= »Roboto|300|on|||||| »]

La plateforme UberEtas a été lancée en France en mars 2016. D’abord à Paris, puis dans les grandes villes régionales, l’application s’attaque maintenant aux villes moyennes.

Photo : Marie Toulgoat

[/et_pb_text][/et_pb_column][et_pb_column type= »3_5″ _builder_version= »4.0.7″][et_pb_text admin_label= »Article » _builder_version= »4.0.7″ text_font= »Roboto|300||||||| » text_text_color= »#000000″ text_font_size= »20px » text_letter_spacing= »1px » text_line_height= »1.9em » link_font= »|300||||||| » link_text_color= »#006DA3″ link_font_size= »20px » link_letter_spacing= »1px » header_2_font= »Roboto|||on||||| » header_2_text_align= »left » header_2_text_color= »#000000″ header_2_line_height= »1.7em » width= »100% » link_option_url_new_window= »on »]

19h30. Un dimanche pluvieux de novembre. Le frigo est vide. La flemme de faire à manger. Heureusement, la livraison existe. De l’autre côté du téléphone, un livreur donne des coups de pédales en direction d’un restaurant.

« Plus on est prêt du restaurant, plus on a de chances de se faire appeler pour prendre en charge la commande » explique Antoine Picard, livreur pour UberEats depuis juin 2019. Ensuite, le livreur a le choix : accepter ou refuser de livrer la commande. S’il accepte, il ne saura pas encore où il devra livrer. « Ce n’est qu’une fois qu’on a le plat entre les mains, qu’on sait où va être le client » détaille-t-il. « Possiblement à 200 mètres, comme à 5 kilomètres.» C’est à ce moment que les problèmes peuvent commencer. Hugo, étudiant en droit et livreur pour la même plateforme depuis un an et demi, a déjà été emmené très loin du centre-ville de Toulouse.

[/et_pb_text][et_pb_testimonial author= »Hugo, étudiant en droit et livreur » quote_icon_color= »#000000″ quote_icon_background_color= »#FFFFFF » use_icon_font_size= »on » icon_font_size= »33px » _builder_version= »4.0.7″ body_font= »Roboto|500||||||| » body_text_align= »center » body_text_color= »#000000″ body_font_size= »20px » body_letter_spacing= »1px » body_line_height= »1.8em » author_font= »Roboto|300||||||| » author_text_align= »right » author_text_color= »#000000″ author_font_size= »20px » background_color= »#FFFFFF » text_orientation= »center »]

« Une fois, je suis allé jusqu’à Plaisance-du-Touch, (ville de banlieue située à 30 km aller-retour de Toulouse, soit environ 1 heure 40 de trajet, ndlr) ! Se retrouver là-bas, à 22 heures, un week-end en hiver, autant dire qu’on n’a plus de livraisons ensuite. Le trajet retour, il se fait sans livraison. Donc on n’est pas payé. »

[/et_pb_testimonial][et_pb_text content_tablet= » » content_phone= » » content_last_edited= »on|phone » admin_label= »Article » _builder_version= »4.0.7″ text_font= »Roboto|300||||||| » text_text_color= »#000000″ text_font_size= »20px » text_letter_spacing= »1px » text_line_height= »1.9em » link_font= »|300||||||| » link_text_color= »#006DA3″ link_font_size= »20px » link_letter_spacing= »1px » header_2_font= »Roboto|||on||||| » header_2_text_align= »left » header_2_text_color= »#000000″ header_2_line_height= »1.7em » width= »100% » link_option_url_new_window= »on » hover_enabled= »0″ header_2_font_size_tablet= » » header_2_font_size_phone= »25px » header_2_font_size_last_edited= »on|phone » header_2_letter_spacing= »2px »]

Pédalez, vous êtes notés !

Etre livreur pour UberEats, c’est aussi travailler sous la pression d’une note. Un pourcentage de satisfaction est régulièrement mis à jour grâce aux pouces donnés par les clients après réception de leur commande. « Il y a un système où on doit atteindre 90% de satisfaction si on veut continuer à être livreur » explique Antoine Picard. L’entreprise américaine a d’ailleurs durci, il y a peu, les règles de notation envers les auto-entrepreneurs. « Avant, il ne fallait pas avoir plus de 10% de pouces négatifs sur l’ensemble des commandes émises. Sachant que les clients qui ne nous notaient pas, UberEats considérait leur non-réponse comme une réponse positive. » Maintenant, ce n’est plus le cas. Le taux de satisfaction d’un livreur est calculé par le nombre de pouces positifs par rapport au nombre de pouces négatifs. Et les clients n’ayant pas donné de notes, ne sont plus considérés comme des pouces positifs. « Avant, j’avais donc un taux de 4 négatifs sur 224 positifs. Avec les nouvelles règles, c’est 4 négatifs sur 32 positifs » détaille l’étudiant.

[/et_pb_text][/et_pb_column][et_pb_column type= »1_5″ _builder_version= »4.0.7″][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section][et_pb_section fb_built= »1″ fullwidth= »on » _builder_version= »4.0.7″][et_pb_fullwidth_image src= »https://notemoisitupeux.fr/wp-content/uploads/2019/12/Uber-2.jpg » _builder_version= »4.0.7″ filter_blur_last_edited= »off|tablet »][/et_pb_fullwidth_image][/et_pb_section][et_pb_section fb_built= »1″ _builder_version= »4.0.7″ custom_padding= »||26px||| »][et_pb_row column_structure= »1_5,3_5,1_5″ _builder_version= »4.0.7″ custom_padding= »||0px||| »][et_pb_column type= »1_5″ _builder_version= »4.0.7″][et_pb_text admin_label= »Crédit photo » _builder_version= »4.0.7″ text_font= »Roboto|300|on|||||| »]

Les livreurs sont soumis à un taux de satisfaction alimenté par les pouces donnés par les clients. En dessous de 90%, moins de commandes sont proposées, des malus s’appliquent et parfois même des comptes sont bloqués.

Photo : Marie Toulgoat

[/et_pb_text][/et_pb_column][et_pb_column type= »3_5″ _builder_version= »4.0.7″][et_pb_text admin_label= »Article » _builder_version= »4.0.7″ text_font= »Roboto|300||||||| » text_text_color= »#000000″ text_font_size= »20px » text_letter_spacing= »1px » text_line_height= »1.9em » link_font= »|300||||||| » link_text_color= »#006DA3″ link_font_size= »20px » link_letter_spacing= »1px » header_2_font= »Roboto|||on||||| » header_2_text_align= »left » header_2_text_color= »#000000″ header_2_line_height= »1.7em » width= »100% » link_option_url_new_window= »on » hover_enabled= »0″ header_2_font_size_tablet= » » header_2_font_size_phone= »18px » header_2_font_size_last_edited= »on|phone » header_2_letter_spacing= »2px »]

Pour Hugo, « C’est un pouvoir discrétionnaire de la part du consommateur qui va mettre des mauvaises notes sans qu’on ne sache pourquoi. Peut-être que parfois, on nous met une mauvaise note parce qu’on n’est pas assez souriant. Mais, c’est comme quand on voit des gens qui ne sont pas souriants quand on fait ses courses. Sauf qu’on ne va pas les sanctionner. On ne va pas aller voir les patrons en leur disant que leur employé n’a pas été souriant. » Et les conséquences de ces notes sont importantes. « ­Si on n’a pas une bonne note, on perd des droits : le droit d’exercer son activité » s’insurge-t-il. Car l’algorithme propose moins de commandes, si la note de satisfaction baisse. Ce qui conduit les livreurs à adopter des comportements à risques. « Si on veut avoir plus de livraisons, il faut aller plus vite » explique Hugo. « Dans la communauté des livreurs, il y en a qui prennent des risques et qui ont des accidents pour avoir plus d’argent. » 

Livreurs : Sur le chemin de la judiciarisation

L’impact de ces notes peut aller encore plus loin. Car UberEats se réserve le droit de bloquer les comptes de livreurs. Soit parce que leur taux de satisfaction est trop bas et parfois même sans en expliciter la raison. En découvrant que de nombreux livreurs se retrouvent dans l’impossibilité de travailler suite au blocage de leur compte sur l’application, Hugo s’interroge. L’étudiant en droit travaille alors dans un cabinet d’avocats à Toulouse et a convaincu l’un d’eux, Christophe Lèguevaques, de tenter une action collective. Dans le même temps, deux arrêts ont comblé le vide juridique qui existait jusqu’à présent concernant la qualification du contrat entre UberEats et ses livreurs. La Cour de cassation d’abord, qualifie en novembre 2018 le contrat entre UberEats et un livreur à vélo, en contrat de travail. Ces plateformes ne sont donc pas de simples outils d’intermédiation entre un auto-entrepreneur et l’entreprise américaine. Puis, la Cour d’appel de Paris a confirmé qu’un lien de subordination entre le livreur et la plateforme existait. Ainsi, les auto-entrepreneurs peuvent donc être qualifiés de salariés.

[/et_pb_text][/et_pb_column][et_pb_column type= »1_5″ _builder_version= »4.0.7″][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section][et_pb_section fb_built= »1″ fullwidth= »on » admin_label= »PHOTO PLEIN ECRAN » _builder_version= »4.0.7″][et_pb_fullwidth_image src= »https://notemoisitupeux.fr/wp-content/uploads/2019/12/IMG_7613-scaled.jpg » _builder_version= »4.0.7″][/et_pb_fullwidth_image][/et_pb_section][et_pb_section fb_built= »1″ _builder_version= »4.0.7″][et_pb_row column_structure= »1_5,3_5,1_5″ _builder_version= »4.0.7″ custom_padding= »||0px||| »][et_pb_column type= »1_5″ _builder_version= »4.0.7″][et_pb_text admin_label= »Crédit photo » _builder_version= »4.0.7″ text_font= »Roboto|300|on|||||| »]

L’action collective menée par l’avocat toulousain Christophe Lèguevaques est la première du genre menée à l’encontre d’UberEats.

Photo : Marie Toulgoat

[/et_pb_text][/et_pb_column][et_pb_column type= »3_5″ _builder_version= »4.0.7″][et_pb_text admin_label= »Article » _builder_version= »4.0.7″ text_font= »Roboto|300||||||| » text_text_color= »#000000″ text_font_size= »20px » text_letter_spacing= »1px » text_line_height= »1.9em » link_font= »|300||||||| » link_text_color= »#006DA3″ link_font_size= »20px » link_letter_spacing= »1px » header_2_font= »Roboto|||on||||| » header_2_text_align= »left » header_2_text_color= »#000000″ header_2_line_height= »1.7em » width= »100% » link_option_url_new_window= »on »]

Christophe Lèguevaques et Hugo se sont donc lancés dans une campagne d’informations auprès de livreurs pour les convaincre de poursuivre la plateforme en justice. « L’avocat propose aux livreurs d’être défendus pour 60€. Et ce, pour toute la procédure » détaille Hugo. « Il est demandé en réparation 10 000€ pour chaque livreur, ce qui comprend les week-ends et jours fériés travaillés, les heures supplémentaires non payées. »

L’objectif était de convaincre 500 livreurs. Seuls 242 se lancent dans les poursuites. Le but est donc loin d’être atteint. La faute à une défiance envers la justice, mais aussi à sa méconnaissance. Le public visé est souvent jeune et n’a pas toujours envie de s’engager dans des démarches judiciaires. C’est aussi un public précaire, souvent peu diplômé, qui ne peut pas dépenser 60€ pour une telle action.

Pourtant, Christophe Lèguevaques se dit confiant quant à l’issu de ces procédures. « L’état de subordination entre UberEats et les livreurs est simple à démontrer. Ils sont totalement sous la tutelle de l’algorithme qui les surveille en permanence. C’est l’algorithme qui fixe lui-même le prix de la course, qui surveille le délai et qui note. Si tu n’es pas dans les ratios, je te sanctionne sur tes prochaines courses, en te débranchant de la plateforme sans possibilité pour le livreur de s’expliquer. » La subordination sera à prouver devant les prud’hommes pour que le juge considère les livreurs comme des salariés d’Uber.

 

[/et_pb_text][et_pb_testimonial author= »Christophe Lèguevaques » quote_icon_color= »#000000″ quote_icon_background_color= »#FFFFFF » use_icon_font_size= »on » icon_font_size= »33px » _builder_version= »4.0.7″ body_font= »Roboto|500||||||| » body_text_align= »center » body_text_color= »#000000″ body_font_size= »20px » body_letter_spacing= »1px » body_line_height= »1.8em » author_font= »Roboto|300||||||| » author_text_align= »right » author_text_color= »#000000″ author_font_size= »20px » background_color= »#FFFFFF » text_orientation= »center »]

« La notation est d’une perversion incroyable, car elle place le livreur dans un état de soumission. Cela recrée une forme d’esclavage numérique entre les livreurs et ceux qui ont le pouvoir et l’argent. »

[/et_pb_testimonial][/et_pb_column][et_pb_column type= »1_5″ _builder_version= »4.0.7″][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section][et_pb_section fb_built= »1″ fullwidth= »on » admin_label= »PHOTO PLEIN ECRAN » _builder_version= »4.0.7″][et_pb_fullwidth_image src= »https://notemoisitupeux.fr/wp-content/uploads/2019/12/Uber-4.jpg » _builder_version= »4.0.7″][/et_pb_fullwidth_image][/et_pb_section][et_pb_section fb_built= »1″ _builder_version= »4.0.7″][et_pb_row column_structure= »1_5,3_5,1_5″ admin_label= »Suite article » _builder_version= »4.0.7″][et_pb_column type= »1_5″ _builder_version= »4.0.7″][et_pb_text admin_label= »Crédit photo » _builder_version= »4.0.7″ text_font= »Roboto|300|on|||||| »]

En novembre 2018, la Cour de Cassation a qualifié le contrat entre UberEats et un livreur, de contrat de travail.

Photo : Marie Toulgoat

[/et_pb_text][/et_pb_column][et_pb_column type= »3_5″ _builder_version= »4.0.7″][et_pb_text admin_label= »Article » _builder_version= »4.0.7″ text_font= »Roboto|300||||||| » text_text_color= »#000000″ text_font_size= »20px » text_letter_spacing= »1px » text_line_height= »1.9em » link_font= »Roboto|300||||||| » link_text_color= »#006DA3″ link_font_size= »20px » link_letter_spacing= »1px » header_2_font= »Roboto|||on||||| » header_2_text_align= »left » header_2_text_color= »#000000″ header_2_line_height= »1.7em » width= »100% » hover_enabled= »0″ header_2_font_size_tablet= » » header_2_font_size_phone= »20px » header_2_font_size_last_edited= »on|phone » locked= »off » header_2_letter_spacing= »2px »]

« C’est un jeu auquel on joue, sans en connaître les règles »

Le constat est le même pour les deux livreurs : il y a un manque de transparence. « Le problème, c’est qu’on ne sait pas comment ça fonctionne » insiste Antoine Picard, « Si on connaissait toutes les règles, on pourrait jouer. Mais là, c’est un jeu où on ne connaît pas les règles. » Uber ne communique pas sur son mode de fonctionnement. Or, comme le dit Hugo, « le véritable employeur, c’est l’algorithme. »

[/et_pb_text][et_pb_text admin_label= »Signatures » _builder_version= »4.0.7″ text_font= »Roboto|||||||| » text_text_color= »#000000″ text_font_size= »17px » text_letter_spacing= »1px » text_orientation= »right »]

Manon Pellieux et Marie Toulgoat

 

[/et_pb_text][/et_pb_column][et_pb_column type= »1_5″ _builder_version= »4.0.7″][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section][et_pb_section fb_built= »1″ specialty= »on » background_color_2= »rgba(0,0,0,0) » background_color_3= »#006DA3″ _builder_version= »4.0.7″][et_pb_column type= »1_4″ _builder_version= »3.25″ custom_padding= »||| » custom_padding__hover= »||| »][et_pb_text _builder_version= »4.0.7″]

Note-moi si tu peux !

[/et_pb_text][et_pb_code _builder_version= »4.0.7″ global_module= »1462″][yasr_visitor_votes][/et_pb_code][/et_pb_column][et_pb_column type= »1_4″ _builder_version= »3.25″ custom_padding= »||| » custom_padding__hover= »||| »][et_pb_text _builder_version= »4.0.7″]

Partager

[/et_pb_text][et_pb_code _builder_version= »4.0.7″][partageRS][/et_pb_code][/et_pb_column][et_pb_column type= »1_2″ specialty_columns= »2″ _builder_version= »3.25″ custom_padding= »||| » custom_padding__hover= »||| »][et_pb_row_inner use_custom_gutter= »on » _builder_version= »4.0.7″ custom_padding= »2px||9px||| » border_radii= »on|11px|11px|11px|11px » border_width_all= »7px » border_color_all= »#006DA3″][et_pb_column_inner saved_specialty_column_type= »1_2″ _builder_version= »4.0.7″][et_pb_text _builder_version= »4.0.7″ text_font= »Roboto|300||||||| » text_text_color= »#ffffff » text_font_size= »30px » text_letter_spacing= »3px » text_line_height= »1em » header_font= »|300||||||| » custom_margin= »9px|1px|-6px||| »]

Dans la même rubrique

[/et_pb_text][/et_pb_column_inner][/et_pb_row_inner][et_pb_row_inner column_structure= »1_2,1_2″ use_custom_gutter= »on » gutter_width= »1″ disabled_on= »on|off|off » _builder_version= »4.0.7″ custom_margin= »-4px||||| » custom_padding= »10px||16px||| » border_radii= »on|7px|7px|7px|7px » border_width_all= »7px » border_color_all= »#006DA3″][et_pb_column_inner type= »1_2″ saved_specialty_column_type= »1_2″ _builder_version= »4.0.7″][et_pb_cta title= »Des employés sans cesse surveillés » button_text= »Clics » _builder_version= »4.0.7″ header_font= »Roboto|300||||||| » header_font_size= »20px » header_letter_spacing= »2px » background_color= »rgba(0,0,0,0.61) » background_image= »https://notemoisitupeux.fr/wp-content/uploads/2019/12/VIGNETTE-salariés-contrôlés.jpg » background_blend= »darken » custom_margin= »-12px||||| » custom_padding= »55px||27px||| » link_option_url= »https://notemoisitupeux.fr/accueil/accueil-travail/des-employes-sans-cesse-surveilles/ » border_width_all= »4px » border_color_all= »#006DA3″ background_color__hover= »rgba(0,0,0,0.27) » background_enable_color__hover= »on » background_layout__hover= »dark » background_layout__hover_enabled= »on|hover » background__hover_enabled= »on|hover »][/et_pb_cta][/et_pb_column_inner][et_pb_column_inner type= »1_2″ saved_specialty_column_type= »1_2″ _builder_version= »4.0.7″][et_pb_cta title= »La performance? Non merci patron! » button_text= »Clics » _builder_version= »4.0.7″ header_font= »Roboto|300||||||| » header_text_align= »center » header_font_size= »20px » header_letter_spacing= »2px » background_color= »rgba(0,0,0,0.61) » background_image= »https://notemoisitupeux.fr/wp-content/uploads/2019/12/VIGNETTE-PAYSAGE-charles-guirous-performance.jpg » background_blend= »darken » min_height= »175px » custom_margin= »-12px||-19px||| » custom_padding= »55px||7px||| » link_option_url= »https://notemoisitupeux.fr/accueil/accueil-travail/la-performance-non-merci-patron/ » border_width_all= »4px » border_color_all= »#006DA3″ background_color__hover= »rgba(0,0,0,0.27) » background_enable_color__hover= »on » background_layout__hover= »dark » background_layout__hover_enabled= »on|hover » background__hover_enabled= »on|hover »][/et_pb_cta][/et_pb_column_inner][/et_pb_row_inner][et_pb_row_inner use_custom_gutter= »on » gutter_width= »1″ disabled_on= »off|on|on » _builder_version= »4.0.7″ custom_margin= »-4px||||| » custom_padding= »10px||16px||| » border_radii= »on|7px|7px|7px|7px » border_width_all= »7px » border_color_all= »#006DA3″][et_pb_column_inner saved_specialty_column_type= »1_2″ _builder_version= »4.0.7″][et_pb_cta title= »Des employés sans cesse surveillés » button_text= »Clics » _builder_version= »4.0.7″ header_font= »Roboto|300||||||| » header_font_size= »20px » header_letter_spacing= »2px » background_color= »rgba(0,0,0,0.61) » background_image= »https://notemoisitupeux.fr/wp-content/uploads/2019/12/VIGNETTE-salariés-contrôlés.jpg » background_blend= »darken » custom_margin= »-12px||||| » custom_padding= »55px||27px||| » link_option_url= »https://notemoisitupeux.fr/accueil/accueil-travail/des-employes-sans-cesse-surveilles/ » border_width_all= »4px » border_color_all= »#006DA3″ background_color__hover= »rgba(0,0,0,0.27) » background_enable_color__hover= »on » background_layout__hover= »dark » background_layout__hover_enabled= »on|hover » background__hover_enabled= »on|hover »][/et_pb_cta][et_pb_cta title= »La performance? Non merci patron! » button_text= »Clics » _builder_version= »4.0.7″ header_font= »Roboto|300||||||| » header_text_align= »center » header_font_size= »20px » header_letter_spacing= »2px » background_color= »rgba(0,0,0,0.61) » background_image= »https://notemoisitupeux.fr/wp-content/uploads/2019/12/VIGNETTE-PAYSAGE-charles-guirous-performance.jpg » background_blend= »darken » min_height= »175px » custom_margin= »-12px||-19px||| » custom_padding= »55px||7px||| » link_option_url= »https://notemoisitupeux.fr/accueil/accueil-travail/la-performance-non-merci-patron/ » border_width_all= »4px » border_color_all= »#006DA3″ background_color__hover= »rgba(0,0,0,0.27) » background_enable_color__hover= »on » background_layout__hover= »dark » background_layout__hover_enabled= »on|hover » background__hover_enabled= »on|hover »][/et_pb_cta][/et_pb_column_inner][/et_pb_row_inner][/et_pb_column][/et_pb_section][et_pb_section fb_built= »1″ _builder_version= »4.0.7″ background_color= »#EB5956″ custom_padding= »18px||0px||| »][et_pb_row _builder_version= »4.0.7″ background_color= »rgba(0,0,0,0) » max_width= »1200px » custom_margin= »-11px|auto||auto|| »][et_pb_column type= »4_4″ _builder_version= »4.0.7″][et_pb_text _builder_version= »4.0.7″ text_font= »Roboto|300||||||| » text_text_color= »#ffffff » text_font_size= »30px » text_letter_spacing= »3px »]

Explorer d’autres thématiques

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][et_pb_row column_structure= »1_3,1_3,1_3″ use_custom_gutter= »on » gutter_width= »1″ make_equal= »on » _builder_version= »4.0.7″ width= »100% » max_width= »1200px » custom_padding= »0px||||| »][et_pb_column type= »1_3″ _builder_version= »4.0.7″][et_pb_cta title= »Sport » button_text= »Clics » _builder_version= »4.0.7″ header_font= »Roboto|300||||||| » header_font_size= »30px » background_color= »rgba(0,0,0,0.61) » background_image= »https://notemoisitupeux.fr/wp-content/uploads/2019/12/Sport.jpg » background_blend= »darken » custom_padding= »55px||35px||| » link_option_url= »https://notemoisitupeux.fr/accueil/accueil-sport-bien-etre/ » border_width_all= »3px » border_color_all= »#EB5956″ background_color__hover= »rgba(0,0,0,0.27) » background_enable_color__hover= »on » background_layout__hover= »dark » background_layout__hover_enabled= »on|hover » background__hover_enabled= »on|hover »][/et_pb_cta][et_pb_cta title= »Vie intime » _builder_version= »4.0.7″ header_font= »Roboto|300||||||| » header_font_size= »30px » background_color= »rgba(0,0,0,0.61) » background_image= »https://notemoisitupeux.fr/wp-content/uploads/2019/12/Vie-intime.jpg » background_blend= »darken » custom_padding= »55px||37px||| » link_option_url= »https://notemoisitupeux.fr/accueil/accueil-vie-sentimentale-sexuelle/ » border_width_all= »3px » border_color_all= »#EB5956″ background_color__hover= »rgba(0,0,0,0.27) » background_enable_color__hover= »on » background_layout__hover_enabled= »on|hover » background_layout__hover= »dark » background__hover_enabled= »on|hover »][/et_pb_cta][/et_pb_column][et_pb_column type= »1_3″ _builder_version= »4.0.7″][et_pb_cta title= »Alimentation » button_text= »Clics » _builder_version= »4.0.7″ header_font= »Roboto|300||||||| » header_font_size= »30px » background_color= »rgba(0,0,0,0.61) » background_image= »https://notemoisitupeux.fr/wp-content/uploads/2019/12/Alimentation.jpg » background_blend= »darken » custom_padding= »55px||35px||| » link_option_url= »https://notemoisitupeux.fr/accueil/accueil-alimentation/ » border_width_all= »3px » border_color_all= »#EB5956″ background_color__hover= »rgba(0,0,0,0.27) » background_enable_color__hover= »on » background_layout__hover= »dark » background_layout__hover_enabled= »on|hover » background__hover_enabled= »on|hover »][/et_pb_cta][et_pb_cta title= »Réseaux sociaux » button_text= »Clics » _builder_version= »4.0.7″ header_font= »Roboto|300||||||| » header_font_size= »30px » background_color= »rgba(0,0,0,0.61) » background_image= »https://notemoisitupeux.fr/wp-content/uploads/2019/12/Réseaux-sociaux.jpg » background_blend= »darken » custom_padding= »55px||8px||| » link_option_url= »https://notemoisitupeux.fr/accueil/accueil-reseaux-sociaux/ » border_width_all= »3px » border_color_all= »#EB5956″ background_color__hover= »rgba(0,0,0,0.27) » background_enable_color__hover= »on » background_layout__hover= »dark » background_layout__hover_enabled= »on|hover » background__hover_enabled= »on|hover »][/et_pb_cta][/et_pb_column][et_pb_column type= »1_3″ _builder_version= »4.0.7″][et_pb_cta title= »Transport » button_text= »Clics » _builder_version= »4.0.7″ header_font= »Roboto|300||||||| » header_font_size= »30px » background_color= »rgba(0,0,0,0.61) » background_image= »https://notemoisitupeux.fr/wp-content/uploads/2019/12/Transport.jpg » background_blend= »darken » custom_padding= »55px||35px||| » link_option_url= »https://notemoisitupeux.fr/accueil/accueil-transports/ » border_width_all= »3px » border_color_all= »#EB5956″ background_color__hover= »rgba(0,0,0,0.27) » background_enable_color__hover= »on » background_layout__hover= »dark » background_layout__hover_enabled= »on|hover » background__hover_enabled= »on|hover »][/et_pb_cta][et_pb_cta title= »Qui sommes-nous? » button_text= »Clics » _builder_version= »4.0.7″ header_font= »Roboto|300||||||| » header_font_size= »30px » background_color= »rgba(0,0,0,0.61) » background_image= »https://notemoisitupeux.fr/wp-content/uploads/2019/12/VIGNETTE-qui-sommes-nous.jpg » background_blend= »darken » custom_padding= »55px||8px||| » link_option_url= »https://notemoisitupeux.fr/accueil/qui-sommes-nous/ » border_width_all= »3px » border_color_all= »#EB5956″ background_color__hover= »rgba(0,0,0,0.27) » background_enable_color__hover= »on » background_layout__hover= »dark » background_layout__hover_enabled= »on|hover » background__hover_enabled= »on|hover »][/et_pb_cta][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]